FIT IN

Fit In (2015)

Depuis quelques années les États européens dans leur grande générosité s´étaient engagés á améliorer le sort des volailles. Une amélioration toute relative puisque ces mêmes volailles, qui disposaient auparavant d´une surface au sol équivalent à une feuille A4, se voient allouer aujourd’hui la surface d´une carte postale supplémentaire. L’Europe avait imposé un perchoir, un lit et une literie, en résumé, un véritable palace au regard d´un bourbier dont elles devaient s´accommoder précédemment. L´ennui, c´est que 13 pays n’ont pas respecté leurs engagements. Conséquence, en ce moment, 47 millions de poules vivent encore dans des conditions non-conformes.

Ainsi le sort des poulets ne semble pas trop ébranler les consciences de nos dirigeants européens. Sans vouloir rapporter toute réflexion à un anthropocentrisme délirant, la torture infligée à des animaux sans conscience apparente, peut questionner.

L’occident a créé des monstres à manger.

Dans cette performance, le corps de batterie semble avoir muté en représentation humaine. Parce que ces cadavres sur pattes représentent à eux-mêmes toute la monstruosité d’une société qui nie l’existence de ce qu’elle produit de pire, ils apparaissent comme la personnification de notre époque quant à la fabrication et l’intégration de corps de plus en plus standardisés. La mort rôde. Des corps manufacturés et blanchis, au goût fade, nourris par des antibiotiques.

Ces gallinacés rappellent la suprématie occidentale qui, toujours plus avide de rendement et de satisfaction immédiate, semble toujours prête à démontrer sa toute-puissance liée à la consommation de masse.

Peut-être parce qu’en Europe, dans la période historique qui est la nôtre, tout tend à s’uniformiser. Les rapports qu’entretient cette uniformisation avec la société de masse sont plus qu’évidents. Cette évolution tend à l’homogénéisation des conduites tant sur le style de vie que dans la façon de goûter le monde.

Au bout du compte, alors qu’elle incarnait un Idéal et un renouveau Européen, la Diversité apparaît comme une île lointaine.

.


DISTRIBUTION :

CONCEPT / CHOREOGRAPHIE/ INTERPRETATION: Elisabeth B. Tambwe
SCENOGRAPHIE:
Elisabeth B. Tambwe, Gregory Crapet
OBJECTS DESIGN:
Gregory Crapet
CREATION VIDEO ET SONORE:
Nicolas Spencer

PHOTOS: ©Dig Up Productions


COPRODUCTION :

PRODUCTION: Dig Up Productions – IMPULSTANZ, avec le support du MUMOK MUSEUM

REMERCIEMENTS À: Johannes Maile 

FOTOS (c) Dig Up Productions.


Presse

Presse

Photos

Photos