Stories Of Traumatic Pasts (2020)

IMG-20201128-WA0000
IMG-20201128-WA0001
IMG-20201128-WA0002

Sous-titre: Counter-Archives For Future Memories

Weltmuseum Wien, 7 Octobre 2020 – 03 Avril 2021

OUVERTURE: 7.10.2020
SYMPOSIUM, with ARTIST IN THE EXHIBITION: 8-9.10.2020 (WELTMUSEUM)
DERNIER JOUR: 03.04.2021

Artistes/ positions: ALPHABETIQUE

· Elisabeth Bakambamba Tambwe (Congo, Austria / decoloniality, fine arts, coreography)

· Lana Čmajčanin and Adela Jušić (Bosnia and Herzegovina / turbo-nationalism)

· Bojan Djordjev and Siniša Ilić (Serbia, artistic maps connecting the territories)

· Dani Gal (Berlin/Jerusalem/ history)

· Martin Krenn (Austria / anti-Semitism)

· Monique Mbeka Phoba (Belgium / colonialism)

· Anja Salomonowitz (Austria, memory, history)

· Joëlle Sambi Nzeba and Nicolas Pommier (Belgium, France / colonialism/LGBT)

· Arye Wachsmuth (Austria, anti-Semitism, refugees in today’s Europe)

· Valerie Wolf Gang (Slovenia, Balkan Project)

SITES DE RECHERCHE PARALLÈLES À L’EXPOSITION

Affichage de l’archive de recherche Multimédia (produit par PEEK – projet de recherche 2018-2020) Généalogie de l’Amnésie: repenser le passé pour un nouvel avenir de convivialité« // l’affichage sera conçu par Valerija Zabret
Engagement des étudiants, production d’affiche / PCAP / AkBild Vienne

L’exposition “Stories Of Traumatic Pasts” est le résultat du projet de recherche “Genealogy of Amnesia.”

“Genealogy of Amnesia: Rethinking the Past for a New Future of Conviviality”, tel est le titre d’un projet de recherche interdisciplinaire, basé sur l’art et la théorie. Il est financé par le Fonds autrichien pour la science (FWF) dans le cadre de son programme de recherche artistique (PEEK). La recherche se développe à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne de 2018 à 2020. La recherche se concentre sur trois sites et leurs histoires et expériences spécifiques d’amnésie collective en ce qui concerne les événements traumatisants du passé. Il s’écarte des génocides et de la politique du silence qui ont façonné la constitution des identités, des communautés et, enfin, du monde global. Pourtant, ce projet de recherche ne s’arrête pas à la révélation du silence et de l’oubli, mais vise à contrer la »genealogy of amnesia« révélée, en affichant les “Stories Of Traumatic Pasts”.

Les trois sites de recherche traumatique sur lesquels nous nous concentrons partagent en commun l’impact sur la construction d’identités nationalistes construites consécutivement:

  • La construction d’une identité belge au lendemain de son passé colonial au Congo. Initialement appelée État libre du Congo, la colonie est restée la possession personnelle du roi Léopold II de 1885 à 1908, date à laquelle elle a été reprise par le gouvernement belge et rebaptisée Congo belge. Sans une réflexion sur le colonialisme passé, dont le cas du Congo belge était d’une brutalité exemplaire, la longue et importante tradition des subjectivités postcoloniales ne peut être saisie.
  • La construction de l’identité nationale en Autriche après l’Anschluss, «l’annexion» de l’Autriche à l’Allemagne nazie le 12 mars 1938, et l’établissement consécutif du mythe selon lequel l’Autriche était la «première victime» d’Hitler. Ce n’est que des décennies après la fondation de la Seconde République, en raison de l’affaire Waldheim (1986) – au cours de laquelle l’activité militaire du futur président autrichien Kurt Waldheim dans la Wehrmacht a été reconnue – qu’une dé-tabulation de la position autrichienne la Seconde Guerre mondiale a finalement commencé.
  • La construction d’une nouvelle identité nationale en Serbie et en Republika Srpska («République serbe»), ainsi que la négation des crimes de guerre après la dissolution de la Yougoslavie (1990 ‒). Il est important de déclarer immédiatement que contrairement à l’Autriche et à la Belgique, la Republika Srpska n’est pas un État, mais une entité extraterritoriale autoproclamée qui déclare sa «pleine autonomie», tout en faisant partie de la Bosnie-Herzégovine.
    Concept d’exposition, général

L’exposition «Stories Of Traumatic Pasts» accueillera un groupe international d’artistes, présentant de multiples formats à travers une variété de médias. L’intention est d’effectuer une déconnexion visuelle-épistémique de l’amnésie afin d’exposer la pluriversalité de la pensée, des communautés, des histoires, des récits, des épistémologies et des alliances en relation avec la mémoire et l’histoire. Par conséquent, les œuvres affichées serviront la fonction d’index double, de note de bas de page et d’hypertexte par rapport au sujet principal du projet. L’objectif est de créer un réseau de références croisées profondément discursives et visuelles via la photographie, la performance, les œuvres textuelles et les projections vidéo, afin d’initier l’implication de différentes communautés. Ce type de cadrage permet la production non seulement d’un débat académique mais aussi public sur l’absence de sujets particuliers dans la société, provoquant de nouvelles réflexions sur le moment présent.
Concept d’exposition, particulier

L’idée de l’exposition est liée de manière centrale au lieu de sa présentation. Dans ce cas, le Weltmuseum Wien y est central. Nous partons d’une analyse visuelle de recherche des sujets de recherche. Avec un nombre sélectionné de projets et d’événements supplémentaires, nous voulons construire un espace d’ouverture, où les sujets se confrontent et façonnent un public communautaire.

Nous prévoyons d’avoir 10 projets artistiques sélectionnés comme installations.

Parallèlement, nous afficherons les archives de recherche multimédia et à travers un appel ouvert un groupe d’étudiants de l’Académie participera à l’exposition, ils seront formés à travers 1 à 2 ateliers.
Working teams

Équipe curatoriale FWF-PEEK Projekt AR439

Prof. Marina Gržinić, Institut für bildende Kunst, philosophe, vidéaste
Christina Jauernik, MA, Architekct, Artiste, Akademie der bildenden Künste Wien, FWF-PEEK AR439
Dr. Sophie Uitz, politologue, Akademie der bildenden Künste Wien, FWF-PEEK AR439.

Équipe organisationnelle, FWF-PEEK AR439.

Urša Bonelli Potokar, principal producteur technique de l’exposition
Christina Jauernik, MA, concept architectural de l’espace
Valerija Zabret, MA, artiste et développeur
Jovita Pristovšek, PhD., éditeur adjoint du catalogue, dépliant, affiche

Welt Museum Wien (WMW)

Consultation: dr. Claudia Augustat, curatrice