Biographie

tambwe-8
IMG-20200910-WA0013
(c) Eva Lenhardt
Venus_Police_PhilippeLaine
Eli02
imager.php

La question de la construction identitaire dans une société de production de masse est au coeur du travail plastique et chorégraphique d’Elisabeth Bakambamba Tambwe. Cette démarche est une forme de réponse aux débats actuels touchant aux questions d’identité nationale, de citoyenneté et d’intégration, la réflexion étant souvent paralysée par l’impossibilité de penser hors d’une logique de la mono-appartenance et par le refus d’accorder au métissage, expérience de la multi appartenance, une traduction politique.

Les classifications ethniques et géographiques, les approches ethnographiques et culturalistes qui enferment généralement les productions des artistes africains vivant en Europe constituent des conditions de visibilité et de reconnaissance ambiguës. Entre l’étau du global (la mondialisation et ses standards) et celui du local (le repli sur soi et l’héritage colonial d’une vision falsifiée de la « tradition »), Elisabeth Bakambamba Tambwe propose une déconstruction ironique des exotismes et tente une décolonisation des esprits.

Dans les derniers spectacles, le mode performatif est prédominant et fait intervenir voix, musiques, environnements travaillés, et videoprojection mêlés à l’occupation calculée de l’espace dédié au public, souvent invité à se déplacer ou même se diviser, obligeant le spectateur à requalifier sa fonction.

Avec des pièces telles que Las Meninas (2016), Congo Na Chanel (2017) ou au travers d’installations comme Hairy Guns (2017), la question du point de vue prolonge la question post-coloniale. Les derniers spectacles d’Elisabeth Bakambamba Tambwe tendent à montrer la multiplicité d’angles de vue qui impliquent différentes perceptions d’une même réalité. Car la conscience est comme le champ visuel. Celui-ci n’est pas une image encadrée vue par un troisième œil extérieur, il est saisi sans distance et, bien que limité (il nous est impossible de voir ce qui se passe derrière nous-mêmes), il n’a pas de bords : limité et pourtant sans «frontière». Les différents dispositifs scénographiques utilisés, permettent alors de brouiller les cartes, démasquer les conventions (surtout refoulées), caresser les ambiguïtés et ainsi mettre en scène les nombreuses postures incohérentes qui nous assaillent.

Nous ne percevons que ce qui existe ou en a l’apparence, en nous et hors de nous, et nous n’avons, semble-t-il, pas d’autre marque de la réalité que la perception que nous en avons. Mais toutes les perceptions se valent-elles ? (« Jeder hat seine eigene Wahrheit »)

Dans le travail d’Elisabeth Bakambamba Tambwe, rien ne nous est jamais livré dans sa totalité. Les décors, les actions, la présence des corps sur le plateau se présentent toujours sous une face particulière, dans une perspective déterminée. Ce qui agrippe le regard dépasse toujours notre perception puisqu’il y a toujours la possibilité de perceptions autres, de corrections. Ici, la perception ne peut pas épuiser l’action. Si la perception s’avère incomplète, c’est qu’elle est toujours environnée d’une sorte de halo d’indéterminations, de la possibilité d’autres perceptions possibles, voire futures.

Pour la chorégraphe, un point de vue ne permet pas de percevoir ; il faut savoir le malmener en fonction des enjeux et d’autrui. Reconnaître les limites, l’obscurité, le caractère « incomplet » des hommes et des idées n’implique nullement de les abandonner. Au contraire, ce doute conscient, cette remise en cause critique, ouvre la voie d’un dépassement, d’une transcendance : une projection du corps en avant, l’engagement.

darkrevolution-9
IMG-20200126-WA0002
Performancenight-18
tambwe-2495_26645576411_o

Performances

CARRÉ NOIR  Performance, danse et installation – 01-2020

  • Coproduction de DIG-UP Productions et brut Wien en collaboration avec Afro_Vibes Performing Arts Festival Amsterdam.
  • Avec l’aimable soutien du Département des affaires culturelles de la ville de Vienne et du Vienna Dance Festival.
  • Avec le soutien de la Chancellerie fédérale Art et Culture.

 ABSTRACTION  Performance, danse et installation – 12-2019

  • Production DIG-UP Productions

JEANNE DARK  Performance, danse et installation – 11-2019

  • Coproduction de Verein zur Förderung der Bewegungsfreiheit et brut Wien.
  • Avec l’aimable soutien du Département des affaires culturelles de la ville de Vienne

FOCUS : NEW PERSPECTIVES  Performance, danse et installation – 09-2018

  • Production DIG-UP Productions

CONGO NA CHANEL Performance, danse et installation – 06-2017

  • Production DIG-UP Production
  • Co-production Wiener Festwochen
  • Merci à la compagnie de danse La Vème Dimension, Dakar (Senegal)
  • Supporté par Kulturabteilung der Stadt Wien et BKA   Bundeskanzleramt Osterreich

MUSA PARADISIACA Performance, danse et installation – 06-2017

  • Une production DIG-UP Production

PINK EYE Performance, danse et installation – 10-2016

  • Commandé par steirischer herbst
  • Gestion de projet Roland Gfrerer
  • Direction technique Karl Masten

LAS MENINAS Performance, danse et installation – 05-2016

  • Production: Dig Up Productions
  • Soutien par: MA7 Kulturabteilung der Stadt Wien, Bundeskanzleramt Kunst/Kultur
  • Co-production: Tanzquartier Wien.

FLECHE Performance, danse et installation – 05-2016

  • Co-production: DIG-UP Productions, DONAUFESTIVAL

FIT IN Performance, danse et installation – 07-2015

  • Co-production: DIG-UP Productions, Impulstanz, supported by MUMOK MUSEUM

SYMPOSIUM Performance, danse et installation – 01-2015

  • Co-production: DIG-UP Productions,Tanzquartier
  • Avec le soutien de: MA7 VIENNA, BMUKK et LONG LIFE BURNING

GOLDEN BABY Solo – 09-2011

  • Co-production: DIG-UP Productions et WUK Theatre
  • Avec le soutien de: MA7 VIENNA

ANOMALIC Performance et installation – 05-2010

  • Co-production: Staatsaffaire et WUK Theatre
  • Avec le soutien de: MA7 VIENNA
  • Avec la collaboration: Théâtre LE GARAGE Roubaix (France)

DON’T STEP ON MY JERSEY Performance – 01-2010

  • Production: MOVING CULTURE VIDC

REACT IN SILENCE,PLEASE Performance, danse et installation – 09-2008

  • Projet développé dans le cadre de “TURBO RESIDENCE 2008” coaché par Thierry Bae
  • IMPULSTANZ FESTIVAL 2009.

CONCERTO POUR CORPS BRUYANTS Performance et danse – 11-2007

  • Co-production : Cie DIXIT et VIVAT THEATRE ARMENTIÈRE (France)

MON COEUR BALANCE Solo, danse – 05-2005

  • Production : Cie DIXIT
  • Avec la collaboration de: LA CONDITION PUBLIQUE (Roubaix), LA COMÉDIE DE BETHUNE (Béthune), THEATRE MASSENET (Lille).

FRÉMISSEMENT Performance, danse et musique – 09-2003

  • Production : Cie DIXIT

LA LÉGENDE DE BAKI Performance, danse et musique – 09-2002

  • Production : Cie DIXIT

NO ! Performance, danse et musique – 09-2001

  • Production : Cie DIXIT

PETITES CHOSES DEVIENDRONT GRANDES Performance, danse et musique – 09-2000

  • Production : Cie DIXIT

Collaborations

PERFUME de Mirabella Paidamwojo Dziruni, Zion Flex et Eric Vale – 2020

NANA OU EST-CE QUE TU CONNAIS LE BARA ? de Monika Gintersdorfer – 2019

TARZAN de God’s Entertainment 2019

LES NOUVEAUX ARISTOCRATES de Monika Gintersdorfer – 2017

APPROXIMATION LINÉAIRE d’ Esther Stocker – 2017

FROM THE FUTURE d’ Esther Stocker – 2016

A THIRD STEP TO IDEAL PARADISE de Claudia Bosse/THEATERCOMBINAT – 2015

100 PAS PRESQUE de Taoufiq Izzediou – 2014

WAR d’Amanda Piña et de Daniel Zimmermann – 2013

IN A WORLD FULL OF BUTTERFLIES, IT TAKES BALLS TO BE….. de Robyn Orlin – 2013

BABYSITTING TÊTE DE CIRE de Robyn Orlin – 2012

END OF FEMINISM With Dolce After Ghana in WUK  and DONAU FESTIVAL – 04-2012

HAVE YOU HUGGED, KISSED AND RESPECTED YOUR BROWN VENUS TODAY? de Robyn Orlin – 2011

EASY COME, EASY GO de Oleg Soulimenko – 2009

CONFIT DE CANARD de Robyn Orlin – 2007

RADIO OKAPI de Faustin Linyekula – 2006

LAS BAS PEUT-ÊTRE de Graciane Finzi avec l’Orchestre Nationale de Montpellier – 2006

LA NOTTE BIANCA de Katina Genero /Cie Kaïdara – 10-2004

SAFARA, IL FUOCO DEI TAMBURI de Katina Genero /Cie Kaïdara – 10-2004

BOYAKODAH de Georges Momboye – 07-08-09-2004

ET DEMAIN  de Serge-Aimé Coulibaly – 11-2003

AQUA VIOLINA de Anne Selliez –02-1999

_dsf4220-min
nothing-but-the-wax-nana-corps04-min
eli02

Ateliers avec présentation publique

LA PHILOSOPHIE BANANE un atelier avec la Cie OISEAU-MOUCHE de Roubaix – 05-2012

MARIE ANTOINETTE… C’EST MOI!? Atelier avec l’association the Black Security Company et le support de Schwarze Frauen Community – 06-2011

YOU, MY HERO avec SCHULKOLLECTIV Wahringerstrasse Vienna – 12 -2010

J’AI ACCOUCHÉ D’UN NEGRE un atelier avec la Cie OISEAU-MOUCHE de Roubaix – 05-2010

MA LUMIÈRE un atelier pendant le festival “LE MANIFESTE” à Grande-Synthe – 07-2008

Expositions

STORIES OF TRAUMATIC PASTS Weltmuseum Wien – 10-2020 à 04-2021

UND SCHWESTER MAKART GEHT AUF WANDERSCHAFT Künstlerhaus 1050 – 12-2019

LA PHILOSOPHIE BANANE Weltmuseum Wien – 03-2014

OCCUPY THE MUSEUM Weltmuseum Wien – 08-2013

GOOSEFLESH Exposition de groupe durant Impulstanz Festival – 07-2012

STILL LIFE VIDC Möllwaldplatz 5/3, 1040 Vienne – 03-2011

THE BARBIE TRAP Soho Ottakring, Vienne – 05-2010

ESEL1437_95ecb0791a907c2c86227bc4c22fb890